10 mars 2009

1,2,3 coursez !

83298668J'ai fais, cet aprés midi, ce que je déteste le plus au monde (après la vaisselle ou toucher du gruyère) : les courses.
Pour certains c'est le pieds d'imaginer ce qu'ils vont manger les semaines qui suivent et de regarder les nouveautés, mais pour moi, c'est une perte de temps considérable, et une perte de fric monumentale. Mais bon, il faut bien se nourrir, alors ... Je dresse le plan afin de vous expliquer comment j'aime perdre mon temps. Alors ... J'attends le bus 5 minutes (jusque là, ça va), je ne manque evidemment pas de tomber sur un mec que je connais de vue mais sur qui je n'arrive pas à mettre un nom où un lieu, qui me fait des sourires suspects ...  je fais 20 minutes de trajet mal à l'aise en évitant son regard pour aller à la banque ... je fais la queue à cette fichue banque, car j'ai un renseignement à demander, on fini par me dire que je dois faire un courrier ... là déja, ça commence à m'ennerver. Je vais faire les courses en question. Trop de choix, trop cher, trop grand, trop lourd ... Pâtes, Riz, jambon, gateaux, ok ... !   Je galère jusqu'à l'arrêt du bus avec mon sac rose fluo. Oui, parce que les sacs qu'on achéte en supermarché sont toujours de trés bon goût ... Rose fluo ... Vert fluo ... Ou un abomiable dessin avec des coquillages whouhou. Donc a choisir ... j'suis une fille, je prends rose. Voilà ma conception des choses, c'est cliché, c'est donné (enfin donné ... 10cts le sac quand même). Bref ! arrivée à 10 métres de l'arret je vois le A passer devant moi -obligée de me precipiter- je monte dedans, j'essaie de trouver la position adéquate pour ce gros sac et surtout de camouffler ce que les regards indiscrets pourraient voir .. - Oui, je mets des protèges slips nanas et j'ai un shampoing anti pellicules et alors ?? Arrivée dans le bus, on pourrait croire à la détente, qu'on se laisse porter jusque l'arrêt de chez soit. Et ben non. Une vieille avec une racine blanche de 3 pieds vient s'assoir en face de toi (alors que d'autres scieges sont vides evidemment) avec une grosse part de flan ... voyez l'topo ? Une vieille femme, moche, avec une part de flan qui lui colle au dentier ... Je suis restée fixée sur le bout de flan qui collait à son écharpe jusqu'a ce qu'elle descende. Comment ça je lui ai pas dit ? Pour qu'elle tartine tout avec ses doigts fletris kenini ! Quand j'eusse fini de me concentrer sur tatie Danielle, j'ai pû enfin profiter des adorables bruits de poulpes que faisaient les bouches du couple derriere moi. Vous voyez genre ... deux poulpes dansant ensemble un collé sérré ... et je vous passerait les details sur les mots suspects que prononçait l'ado aux boutons à sa "meuf" ... C'est des choses que l'on souhaîte oublier, vraiment ! Arrive mon arrêt ... -enfin la liberté-, je descends -il pleut des cordes- Super !  J'attends au passage pieton qui mènent à mon immeuble environ 3 plombes, le temps d'avoir les cheveux qui frisent et de ressembler à un caniche, ne manquant pas de me faire arroser le jean par les couilllons qui roulent dans l'énorme flaque juste devant moi, que ça amuse hein ... et qui sont immatriculés 02 ! HAHA quel humour ! Je traverse, enfin, dégoulinante .. j'arrive donc devant ma porte d'entrée, en bas, où evidemment, je ne trouve pas mes clefs (c'est incontestable, quand il pleut, on ne trouve pas les clefs, malgrés ses 5 portes clefs énormes qu'on nous a offert), mon ipod est enroulé n'importe comment à ma ceinture de caban,  je goutte, j'ai froid ... Ha quel bonheur ces courses, vraiment!

Posté par onetruehell à 16:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur 1,2,3 coursez !

Nouveau commentaire