C'est quoi une fille ?

19 mars 2009

Mercredi c'est ravioli

200199857_002Des mômes ! Partout. Qui calinent, qui mangent comme des saguins, qui chialent sans retenue (à mon grand désaroi).Des poussettes qui bloquent le passage, le Mc Do plein à craquer, les chewing-gums Malabar qui collent aux escarpins. Merde ! c'était mercredi hier. Je deteste le mercredi. Et je deteste encore plus le mercredi ensoleillé. Ce fameux jour où les parents ne savent pas quoi faire pour éviter de rester enfermé avec leurs enfants, et vous font partager leurs niaiseries en tout genre. On les trouve partout, impossible d'y échapper. En bas de chez soit (ça encore, de voir papa apprendre à faire du vélo, c'est chou ... surtout quand le môme tombe et chiale .. Haha ! Là au moins, c'est de la chialerie hautement méritée!), mais aussi dans les transports en commun où  l'on regrette amérement de ne pas avoir le permis pour éviter ces moments desepérés ; la mére qui tente d'avoir un temps soit peu d'autorité sur son enfant qui veut absolument jouer avec son sac à main qu'elle cramponne avec bravour. Si j'avais l'permis, j'pourrais leur fiche la trouille malencontreusement quand ils traversent sur les passages pietons, en donnant des malheureux coups d'accelérateur ou de klaxon. C'est pour rendre service aux parents, l'enfants complètement apeuré fermerait enfin son clapet, et finirait par la manger, sa compote banane-fraise et sa clémentine, faut l'dire hein, comme on le dit à la téloche, faut manger 5 fruits et légumes par jour. Haha, pour rendre service, dis-je. On les croise aussi dans des endroits innatendus. Comme dans un bar-café, par exemple, où certains tenteraient desepérement de se détendre apres une matiné de boulot merdique, où le client monsieur X n'a pas laché l'affaire, ou bien aprés un énième entretien raté qui va pousser son épouse à le quitter. Moi, j'veux juste un diabolo violette, "avec une paille s'vouplait" et profiter de ce moment avec mes amis, en refaisant le monde, autour de notre nombril -comme toujours-. Mais non. Y'a ce petit garçon blond aux grands yeux bleux qui paraissait mignom au départ. Qui te fixe avec son air de tête à claque, et qui s'agite en montant sur les scieges, et en courant un peu partout, histoire de t'agacer et de te stresser. Les regards que tu jettes à sa mére -tu vas l'détendre ton put*in de morveux ?-ne changerons rien nan. On les rencontre supporte aussi dans les magasin de fringues. Si si. Où la mére sait qu'elle va galérer pour pouvoir prendre un peu de temps pour elle, se racheter un pantalon ou deux histoire de se rhabiller.Ben non, parce que le petit merdeux aura une envie de ... "maman, j'ai envie de faire caca !", et qu'il faudra rentrer plus tôt que prévu pour ne pas avoir de cadeau dans le pantalon de son môme. J'aime pas le mercredi. Il faut supporter la vie merdique des méres, et c'est loin de m'enchanter. Alors moi le mercredi, je m'abtiens, et je reste cloitrée chez moi. Pas de merdeux à l'horizon, juste le calme, le plaisir d'être jeune sans enfants, se lever à n'importe quelle heure, et manger des raviolis dans la casserole meme, avec une tonne de gruyére ...


Posté par onetruehell à 12:40 - Commentaires [2] - Permalien [#]


10 mars 2009

1,2,3 coursez !

83298668J'ai fais, cet aprés midi, ce que je déteste le plus au monde (après la vaisselle ou toucher du gruyère) : les courses.
Pour certains c'est le pieds d'imaginer ce qu'ils vont manger les semaines qui suivent et de regarder les nouveautés, mais pour moi, c'est une perte de temps considérable, et une perte de fric monumentale. Mais bon, il faut bien se nourrir, alors ... Je dresse le plan afin de vous expliquer comment j'aime perdre mon temps. Alors ... J'attends le bus 5 minutes (jusque là, ça va), je ne manque evidemment pas de tomber sur un mec que je connais de vue mais sur qui je n'arrive pas à mettre un nom où un lieu, qui me fait des sourires suspects ...  je fais 20 minutes de trajet mal à l'aise en évitant son regard pour aller à la banque ... je fais la queue à cette fichue banque, car j'ai un renseignement à demander, on fini par me dire que je dois faire un courrier ... là déja, ça commence à m'ennerver. Je vais faire les courses en question. Trop de choix, trop cher, trop grand, trop lourd ... Pâtes, Riz, jambon, gateaux, ok ... !   Je galère jusqu'à l'arrêt du bus avec mon sac rose fluo. Oui, parce que les sacs qu'on achéte en supermarché sont toujours de trés bon goût ... Rose fluo ... Vert fluo ... Ou un abomiable dessin avec des coquillages whouhou. Donc a choisir ... j'suis une fille, je prends rose. Voilà ma conception des choses, c'est cliché, c'est donné (enfin donné ... 10cts le sac quand même). Bref ! arrivée à 10 métres de l'arret je vois le A passer devant moi -obligée de me precipiter- je monte dedans, j'essaie de trouver la position adéquate pour ce gros sac et surtout de camouffler ce que les regards indiscrets pourraient voir .. - Oui, je mets des protèges slips nanas et j'ai un shampoing anti pellicules et alors ?? Arrivée dans le bus, on pourrait croire à la détente, qu'on se laisse porter jusque l'arrêt de chez soit. Et ben non. Une vieille avec une racine blanche de 3 pieds vient s'assoir en face de toi (alors que d'autres scieges sont vides evidemment) avec une grosse part de flan ... voyez l'topo ? Une vieille femme, moche, avec une part de flan qui lui colle au dentier ... Je suis restée fixée sur le bout de flan qui collait à son écharpe jusqu'a ce qu'elle descende. Comment ça je lui ai pas dit ? Pour qu'elle tartine tout avec ses doigts fletris kenini ! Quand j'eusse fini de me concentrer sur tatie Danielle, j'ai pû enfin profiter des adorables bruits de poulpes que faisaient les bouches du couple derriere moi. Vous voyez genre ... deux poulpes dansant ensemble un collé sérré ... et je vous passerait les details sur les mots suspects que prononçait l'ado aux boutons à sa "meuf" ... C'est des choses que l'on souhaîte oublier, vraiment ! Arrive mon arrêt ... -enfin la liberté-, je descends -il pleut des cordes- Super !  J'attends au passage pieton qui mènent à mon immeuble environ 3 plombes, le temps d'avoir les cheveux qui frisent et de ressembler à un caniche, ne manquant pas de me faire arroser le jean par les couilllons qui roulent dans l'énorme flaque juste devant moi, que ça amuse hein ... et qui sont immatriculés 02 ! HAHA quel humour ! Je traverse, enfin, dégoulinante .. j'arrive donc devant ma porte d'entrée, en bas, où evidemment, je ne trouve pas mes clefs (c'est incontestable, quand il pleut, on ne trouve pas les clefs, malgrés ses 5 portes clefs énormes qu'on nous a offert), mon ipod est enroulé n'importe comment à ma ceinture de caban,  je goutte, j'ai froid ... Ha quel bonheur ces courses, vraiment!

Posté par onetruehell à 16:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Bree Van De Kamp isn't me

36867630_pMidi. J'ai faim.

Personne pour me faire un bon petit plat, je fonce dans la cuisine, j'ouvre une boite métallique, je fais ce que j'appelle cuisiner, (j'ajoute du gruyère) et je mets le tout dans un petit plat 1 personne allant directement dans mon four électrique sans passer par la case départ. Dix minutes plus tard tout est prêt, j'ai plus qu'a prendre ce joli menu et à m'installer inconfortablement sur mon sciége de bureau, devant mon ordinateur, et à me rendre compte combien ça pourrait être bien de savoir cuisiner. Contrairement à ce que l'on pense, les filles, ça n'aime pas forcement passer des heures devant les fourneaux. Moi ma came, c'est plutôt deux heures devant le magasin chic-top à regarder la paire de chaussures pour laquelle je vais débourser deux cent euros (mais c'est un achat utile, comme les 12 autres paires qui trainent dans les placards). Avoir les mains sales, un évier plein de vaiselle, une odeur de friture bizarroïde dans mon F1 et des amis qui s'invitent, c'est pas franchement ce qui me rends heureuse. Donc je suis là avec mes raviolis à piocher directement dans le plat. Et j'en ai testé des raviolis ! Il y à ceux au fromage, au boeuf au jambon ... haeum ... oui je suis variée dans mes mets. Non mais attendez là ! Les filles, ça vit aussi à l'arrache il faut le dire. Arrêtez de vous faire des illisions ! Nous sommes comme pire que les mecs ! Et j'vais vous apprendre un peu la vie à travers ce blog. Par exemple ...  Même si je déteste toucher des frites avec mes doigts (qui qui fait trés prout-prout), ou toucher du gruyére rapé (oui je sais ... ça peut faire rire), je n'en reste pas moins une fille qui sait vivre à l'arrache. Avec mes plateaux télé, mes sandwitchs et mes pizza 4 fromage fond crème fraiche livrées (vous connaissez le menu de ce soir maintenant haha).

Posté par onetruehell à 14:24 - Commentaires [1] - Permalien [#]